Histoire Critique des pratiques obstétricales et de la performance du corps féminin

Histoire Critique des pratiques obstétricales et de la performance du corps féminin

 

Interrogation de la rationalité des interventions actuelles les plus courantes dans la visée des objectifs de réduction des pratiques surutilisées, de l’optimisation des statistiques périnatales et d’une meilleure satisfaction des femmes vis-à-vis l’expérience d’enfantement.

Formation continue d’une durée: 6h.

– Typologie et survol des moments-charnières de la construction performative du corps féminin par l’obstétrique-gynécologie de la «mise en incapacitation» du corps de la femme
– Évolution des notions de normal vs l’anormal: la pathologisation progressive des phénomènes entourant la naissance;
– L’«économie du conflit foeto-maternel» («la mère ou l’enfant…?»);
– La notion de risque associée à la naissance;
– La naturalisation des interventions obstétricales;
– Interrogation des formes de rationalité qui assurent le maintien et l’augmentation constante des interventions usuelles non nécessaires dont pourtant les politiques de périnatalité et les consensus entourant les bonnes pratiques réclament la réduction: Examen de 2 concepts:

1) le concept de « terme gestationnel » et de son dépassement (notion de « date prévue d’accouchement »), assorti à l’impératif du déclenchement voire de l’autodéclenchement. 2) le monitorage fœtal électronique qui a généré, d’une part, le motif de la contraction type, et, d’autre part, la suspicion omniprésente de la « détresse fœtale ».

Prérequis: – une formation d’accompagnante de base reconnue.

Formation offerte par Stéphanie St-Amand

Publicités